La mésange charbonnière

Les mésanges charbonnières sont toujours aussi actives, qu’il s’agisse, l’hiver de rechercher leur pitance, ou de découvrir, dès février, une cavité pour y construire leurs nids. À la mauvaise saison, elles vagabondent en petits groupes bruyants, auxquels s’agglomèrent d’autres oiseaux : quelques sittelles, grimpereaux et roitelets, parfois même un pic. Elles s’en distinguent par leur plumage vif, où se mêlent jaune de chrome, blanc pur, noir lustré et vert olive.

Dans les vergers, les jardins et les bois de feuillus, la mésange charbonnière est souvent la mésange la plus commune, et cette abondance déclenche parfois des exodes en automne. Des bandes de mésanges charbonnières se déplacent alors dans le sud-ouest.

À la fin de l’hiver, le mâle visite les trous d’arbres et de murailles, les nichoirs et cherche a y attirer la femelle, qu’il nourrit de captures de choix. Il exhibe alors le dessin contrasté de ses joues et de sa poitrine, ce qui a pour but de décourager d’éventuels rivaux.

La construction du nid et la défense du territoire absorbent ensuite l’énergie des mésanges charbonnières, qui élèveront parfois deux nichées l’été, époque de la mue.

Identification
On reconnaît la mésange charbonnière à sa taille, 14 cm ; en Europe, c’est la plus grande de la famille.  La femelle diffère su mâle par l’étroitesse de sa bande pectorale noire et son plumage plus terne.
Voix
À la fin de l’hiver et en fonction du radoucissement de la température, les couples de mésanges charbonnières se forment et ces oiseaux deviennent alors sensiblement plus bruyants. Les mâles chantent non seulement pour trouver une compagne, mais aussi pour défendre leur territoire.

La mésange adulte a l’un des répertoires les plus variés parmi les petits passereaux/ Le chant comporte plusieurs phrases qui sont des variantes de motifs essentiels bien connus: « titiu titiu« , etc. En prêtant une oreille très attentive, on parvient à distinguer la voix de plusieurs individus.

Les mésanges reconnaissent elles aussi le chant de leurs congénères et ne réagissent pas lorsqu’ils sont émis par des voisines dont elles ont admis la présence. En revanche, elles identifient immédiatement le chant d’un étrangère qui, par son intrusion, pourrait menacer leur territoire. Les cris les plus fréquents sont des « pink pink » émis par les maîtres d’un territoire et un cri d’inquiétude en crécelle « tchre re re re« . Au début de l’été des « tsi tsi tsi » annoncent la présence des jeunes qui viennent de quitter le nid.

Alimentation
En hiver, cette mésange consomme des graines d’arbres (faines) et même des noisettes. Moins agile que les autres mésanges, elle passe beaucoup de temps par terre. L’été , elle capture des insectes, mais aussi des araignées et de petits escargots.

Nidification
La  femelle construit le nid avec de la mousse et le tapisse de poils. Elle le place dans un trou d’arbre ou de mur. La période pendant laquelle les jeunes sont encore nourris après la sortie du nid varie selon qu’il y a  ou non une seconde ponte.

Avril-juillet : 1-2 pontes. 5-12 œufs blancs tachés de roux. Incubation: 13/14 jours. Séjour au nid: 18-20 jours. 2manciupation: 1-2 semaines après

Laisser une réponse