Le faisan de Colchide, au plumage flamboyant

Se déplaçant silencieusement dans les fourrés, les haies, le faisan de Colchide demeure la plupart du temps à couvert. Ce grand oiseau au plumage flamboyant et à la longue queue, est une apparition familière dans nos campagnes.

Quand il se nourrit dans les champs et les prés, de préférence à l’aube ou en fin de journée, il ne s’aventure jamais très au large d’un abri,où il se réfugie à la moindre alerte. Il arrive qu’un vent de panique l’en fasse surgir comme un boulet de canon. Il s’expose alors à la vue le temps de courir lourdement vers une autre cachette, ou de s’envoler à grand bruit.

Picorer et cueillir

De bon matin, le faisan déambule lentement en inspectant le sol, et se redresse souvent afin de surveiller les alentours. Il gratte la terre ou bien creuse avec son bec pour picorer des graines (orge, blé, avoine, maïs, mais aussi graminées sauvages), ou pour extraire racines et bulbes. En été, insectes, larves, vers de terre, escargots et limaces sont appréciés, et pourquoi pas un lézardeau ou un jeune serpent.

Le faisan consomme également noisettes, glands, samares, pommes, mûres, framboises, prunelles et baies d’aubépine…Il saute pour attraper les baies, ou bien, d’un essor bref, vient de percher sur les branches d’un arbre et s’y goberge de bourgeons ou de fruits. En hiver, l’oiseau mange davantage de feuilles, d’herbes et de racines.

Infidélités

À partir de fin février, le mâle se cantonne et commence à arpenter son domaine en s’arrêtant ici et là pour lancer son coup de trompe. Dressé de toute sa hauteur, deux pinceaux de plume hérissés sur sa tête, il fait le coq afin d’éloigner les rivaux, et de signaler sa présence aux poules aux alentours. Celles-ci seront plusieurs à se laisser séduire pour chaque mâle…mais de leur côté, elles n’hésitent pas à rendre visite à plusieurs coqs.

Le coq s’approche de la passante, picore avec elle, puis la parade se déroule entre les déploiements d’aile et de queue du mâle, et les sautillements et courbettes de la femelle, jusqu’à l’accouplement. Les matins d’avril, un coq au pré est souvent escorté de quelques faisanes qui picorent à ses côtés. Mais bientôt, les poules se dispersent : il est temps de se mettre à l’écart , pour pondre. Chacune creuse une légère dépression parmi les herbes hautes d’une friche, d’un talus, dans un champ, sous la haie… Aplatie dans cette cuvette tapissée de feuilles mortes et d’herbe, la poule faisane couve très discrètement durant environ 23 jours.

Mère poule

La poule faisane couve et élève seule sa nichée, sur le territoire du mâle. Durant les trois semaines de l’incubation, elle n’abandonne son nid que deux fois par jour, le temps de se nourrir. Peu après l’éclosion, les poussins la suivent de près parmi les herbes hautes et les feuilles mortes et capturent les insectes, vers de terre et autres invertébrés qui composent l’essentiel de leur nourriture durant les trois premières semaines. Ils avalent de temps à autre de minuscules cailloux, qui leur apportent du calcium.

La petite compagnie – la mère et ses 4 à 7 petits – se déplace discrètement dans les champs, le long des talus et des bords herbeux. À l’âge de 10 ou 12 jours, les petits peuvent déjà voler. Jusqu’au mois d’août, la famille arpente paisiblement la campagne, avant la dispersion…et d’autres regroupements.

L'hiver en compagnie

En hiver, les femelles se rassemblent en groupes d’une trentaine d’individus, tandis que les mâles forment des bandes d’une dizaine, où se mêlent quelques poules. La nuit, chacun dort au sol dans l’épaisseur d’un fourré, ou bien perché près du tronc dans un arbre de lisière, où par mauvais temps plusieurs oiseaux se serrent.

Sensible au froid, au vent et à l’humidité, les faisans se réfugient volontiers dans les roselières, ou se cantonnent dans de petits bosquets en bordure des champs ou des prés, pourvu qu’il y ai un point d’eau. C’est là qu’ils affrontent le plus grand danger de la saison : la chasse. La proportion entre mâles et femelles, équilibrée en fin d’été, peut chuter de 1 m^ale pour 4 femelles après les tirs hivernaux.

Fiche d'identité

  • Nom commun : faisan de Colchide
  • Nom scientifique : Phasianus colchidus
  • Ordre : Galliformes
  • Famille : Phasianidés
  • Taille :  mâle 85 cm dont 45 cm pour la queue, femelle 60 cm dont 22 cm pour la queue.
  • Poids :  environ 1400 g pour le mâle, 1150 g pour la femelle.
  • Nombre d’espèces : 4 espèces en Europe. Espèces introduites originaires d’Asie.
  • Habitat : alentour des fermes à la campagne; en ville, parcs, squares et jardins, trottoirs…
  • Régime alimentaire : principalement végétarien (fruits, graines, bourgeons, racines, jeunes pousses). Les poussins consomment aussi des insectes et des invertébrés.
  • Reproduction : niche au sol. 8 à 15 œufs vert olive pâle, entre avril et juin. La femelle couve seule, durant 22 à 27 jours, et élève ses poussins, qui sont nidifuges.
  • Observation : oiseau discret, mais se montre parfois à faible distance.
  • Distribution : originaire d’Asie et du Moyen-Orient, présent dans toute l’Europe, en Amérique du Nord.