Aidez les oiseaux de nos jardins à passer le cap de l’hiver

Proposez-leur des menus variés

Vous pouvez donner sans danger toutes sortes de graines (maïs, orge, blé, flocons d’avoine, chanvre, sésame, millet, tournesol), des cacahuètes, des corps gras non salés comme le saindoux et des fruits frais (pommes, poires). Les vers de farine (à acheter en animaleries et jardineries) sont très appréciés, le sol gelé rendant introuvables asticots et vers.  Suspendez à un tronc d’arbre une boule de graisse prête à l’emploi que vous trouverez dans le commerce ou une pomme de pin garnie de graines.

Évitez les aliments salés, les biscottes, le pain sec (contrairement à une pratique largement répandue), la mie de pain ou le riz cru responsables de graves troubles digestifs. Ne donnez pas non plus de lait ni de graines de lin ou de ricin qui sont toxiques.

Nourrissez-les deux fois par jour. Tôt le matin pour les requinquer car ils ont épuisé leurs réserves pendant la nuit; le soir pour qu’ils puissent faire des provisions avant de se reposer. Distribuez de petites quantités sans surcharger les mangeoires.

Les graines humides ou rances deviennent mauvaises pour les oiseaux. Soyez constants jusqu’au printemps, surtout pendant les périodes de grands froids. Diminuez votre aide progressivement jusqu’aux beaux jours. Il s’agit de leur apporter un supplément de nourriture sans les rendre dépendants.

Enfin, n’oubliez pas l’eau, tiède de préférence pour qu’elle ne gèle pas. Ils en ont besoin pour lutter contre la déshydratation et pour nettoyer leur plumage. Renouvelez-la régulièrement. Utilisez des récipients peu profonds.

Les nichoirs: une maison de substitution

Pendant l’hiver, votre aide peut aller au-delà de la nourriture. Si vous le souhaitez et si l’endroit où vous vivez s’y prête, vous pouvez leur fournir un lieu pour installer leur nid au printemps. En effet les oiseaux ont de plus en plus de mal à trouver des sites de nidification naturels.

Installez un ou plusieurs nichoirs, selon la taille de votre jardin, suffisamment tôt dans l’hiver pour que vos hôtes s’y habituent. Placez-les à une bonne humeur (trois mètres et plus). Les oiseaux s’y sentiront plus en sécurité et seront moins effarouchés. Parfois, les nouveaux nichoirs ne sont pas toujours occupés la première année. Soyez patient.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.